Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Le phare de Tévennec

Le phare de Tévennec, construit entre 1869 et 1874, est le phare le plus mystérieux d’Iroise où nombres de gardiens ont connu un sort tragique.

Un phare hanté

Beaucoup de gardiens de cette maison phare connurent un sort tragique. Henri Guézennec, le premier gardien du phare devient fou. Harcelantes, des voix lui ordonnent en breton : « kers cuit, kers cuit… ama ma ma flag », ce qui signifie : « Va-t-en, va-t-en,ici, c’est ma place ». Alain Menou, le second gardien du Tévennec, résiste pendant 7 ans (de 1878 à 1885) puis devient fou à son tour. Alerté, le curé de Plogoff bénit le rocher, intimant au diable de s’en aller. Mais les malheurs continuèrent et le gardien auxiliaire Miliner meurt sans que l’on puisse lui porter secours. Alexis Kerbiriou, du Conquet, rend l’âme dans les bras de son compagnon qui le veille 2 jours et 2 nuits jusqu’à la relève. Un autre gardien tombe sur son couteau et se sectionne l’artère fémorale. Après, de 1900 à 1905, la famille Quéméré occupe le rocher. Les conditions étaient difficiles, et ils sont affectés à leur demande au phare des Moutons.

A leur départ, les malheurs reprennent avec l’arrivée du gardien Ropars et son épouse, en 1907. C’est d’abord le beau-père du gardien qu’une lame emporte, puis le couple perd un nouveau né à la suite d’un accouchement difficile. Le toit de la maison est arraché par un ouragan peu de temps après.

Lassée, l’administration décide, en 1910, de transformer le phare en feu permanent à gaz. Aujourd’hui, le feu du Tévennec est alimenté par l’énergie solaire. L’origine des « kers-cuit » trouve peut être son origine dans la découverte récente d’un tunnel traversant le rocher. Par fortes marées, l’air qui y est comprimé peut produire des sons extrêmement étranges et angoissants

Source : Lessard (2010).

Sa description

Localisation: au nord-est de l’île de Sein.

Epoque : 19ème siècle, de 1869 à 1874.
 
 Description : tourelle carrée en maçonnerie culmine à 11m de haut (soit 25m au-dessus du niveau de la mer) pour 2,40m de côté. Une maison d’habitation destinée aux gardiens jouxte la tourelle. Elle est longue de 8,8m et large de 7,3m. Elle comprend une cuisine, 2 petites chambres et un grenier. Une plate forme rehaussée d’un mur de protection entoure le bâtiment. Ils ont été construits pour l’essentiel à l’aide de pierres extraites directement de l’îlot.

Plus d'informations sur le phare de Tévénnec dans la fiche dédiée.