Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Le phare de la Vieille

Le phare de la Vieille fut construit entre les années 1879 et 1887 après de longues années de concertation sur son élaboration.

Plus de dix années écoulées entre le projet et sa construction

La commission des phares lors de sa séance du 30 novembre1861 insiste sur la nécessité absolue d'établir un feu sur le rocher de la Vieille, mais les crédits sont insuffisants à l'époque pour envisager un tel chantier. Dix ans plus tard le projet est repris mais le Service des phares reconnaît en 1972 que la " construction d'un phare sur la Vieille est ajournée à un avenir plus ou moins éloigné et les difficultés mieux connues de l'accostage peuvent même faire prévoir un abandon du projet ". La Commission des Phares réunie le 14 janvier 1873 confirme cette opinion et conclut que "les difficultés exceptionnelles que présente cet ouvrage obligent à ajourner l'exécution surtout en présence des travaux analogues entrepris sur la roche d'Ar Men". Les travaux sont commencés dès 1879 sur la roche Gorlebella d'après certains, en 1881 d'après d'autres sources. La date de fin des travaux, 1887, est portée sur la tour.

En 1913, un signal de brume est installé et à l’été 1926, un nouveau système de relève des gardiens par débarquement à chariot Temperley est mis en œuvre.

Le 21 janvier 1944, le feu est évacué et il n'est rallumé que le premier juin 1945.

Le 14 novembre 1995, Noël Fouquet, Jean Donnart, Michel Rozenn et Guy Lasbleiz passent leur dernière nuit sur le phare avant l'automatisation.

Sa description

Localisation : à l'ouest de la pointe du Raz, commune Plogoff.

Époque : 19e siècle, entre les années 1879 et 1887.

Description architecturale :

  • hauteur au dessus de la mer : 33 m.
  • Taille générale : 26,90 m.
  • Hauteur focale 23,90 m.

Description : Tour carrée demi-cylindrique au Nord s' élargissant vers la base réalisée en granite de kersanton en moellon enduit avec base en pierre de taille à bossages et encorbellement sur corniche à modillons supportant une balustrade en pierre de taille. La lanterne est couverte d'un toit bombé en zinc, le phare proprement dit d'une terrasse. Un escalier indépendant en béton à deux volées à retours permet le débarquement sur une plate-forme desservant le phare.

Plus d'informations sur le phare de La Vieille dans la fiche dédiée.